Le coucou est-il utile ou nuisible au jardin ?

Oiseau migrateur de la famille des Cuculidae, le coucou gris ou tout simplement coucou tire son nom de son chant « cou-cou » ou « cou-cou-cou », clair et sonore, qui est très caractéristique de cette espèce. Son arrivée en Europe annonce le retour du printemps. De quoi se nourrit-il ? Sa présence dans le jardin est-elle utile ou nuisible ?

Les caractéristiques du coucou

De l’ordre des Cuculiformes, la taille du coucou se situe entre le moineau et le pigeon avec une morphologie longiligne. Oiseau grimpeur, il mesure entre 30 à 34 cm de long et pèse près de 125 g. Son espérance de vie est estimée entre 10 à 15 ans. Le coucou a un bec gris et de courtes pattes jaunes. La couleur de son plumage est gris acier sur la tête, la gorge et la poitrine. La partie inférieure de son corps dont le ventre et le dessous des ailes sont de couleur blanche avec des rayures noires. Sa queue de couleur gris foncé est longue et arrondie. Le plumage de la femelle est pareil à celui du mâle et rarement les tons roux-brun. Entourés d’un cercle, les yeux du coucou sont bruns et sa vue est extrêmement perçante. En effet, il peut repérer la tête d’un lombric à une distance de près de 20 mètres.

Son alimentation

Même pendant sa migration, la vie du coucou se passe en solitaire. Il fréquente tous les milieux ouverts notamment les marais, les lisières de forêt et les bois clairs. Dans ces endroits, le coucou se nourrit essentiellement de vers de terre et de grosses chenilles velues. D’ailleurs, cette espèce est le seul à pouvoir digérer ce type de chenille aux longs poils urticants que les autres oiseaux délaissent. Également insectivore, il consomme les criquets, les libellules et les scarabées ainsi que leurs larves. Il apprécie également les œufs et les poussins de passereaux ainsi que les oiseaux de petite taille.

Le coucou est-il utile au jardin ?

Le coucou est utile au jardin, car il consomme la chenille processionnaire. En effet, cette dernière s’attaque aux aiguilles du pin ce qui affaiblit l’arbre ou peut même le tuer, surtout les plus jeunes. On la voit notamment sur le pin d’Alep ou le pin parasol et d’autres variétés qui sont répandues dans nos jardins. En plus, la chenille processionnaire est difficile à éliminer.

En attrapant les insectes comme les criquets, le coucou préserve les plantes du jardin. Bien que rarement présents dans les milieux urbains, les criquets causent des dommages considérables sur les plantes comme les blessures des feuilles causées par leurs morsures. Ces blessures risquent de créer une lésion pouvant affaiblir la plante en sève. En outre, en prélevant de la nourriture sur les feuilles, les fleurs, les semences et les repousses, les criquets pourraient causer des maladies végétales ou ouvrir une voie aux parasites.

Sa présence au jardin est-elle nuisible ?

La présence du coucou n’est pas toujours aussi souhaitée dans les jardins. En chassant les vers de terre, le coucou détruit les avantages que ceux-ci apportent au jardin. En effet, en creusant des galeries, les vers de terre aèrent et assurent ainsi un bon drainage du sol. Cela permet aux racines de se développer dans cette terre ameublie. En outre, les vers de terre consomment les matières organiques issues des engrais ajoutés au sol. Ils imprègnent alors la terre de grandes quantités de micro-organismes qui sont très bénéfiques pour la terre du jardin.

En consommant le scarabée, le coucou empêche le rôle de fertiliseur de celui-ci. En effet, le scarabée contribue à fertiliser la terre grâce aux boulettes de bouse, de déchets végétaux et autres détritus qu’il confectionne. Le scarabée enfouit ces boulettes dans la terre et celles-ci accélèrent la décomposition du bois mort, des excréments d’animaux et des moisissures. Ce qui est très bénéfique pour la terre.

En s’en prenant aux libellules, le coucou ne permet pas à celles-ci de protéger les plantes du jardin des insectes nuisibles. Les libellules dévorent les moustiques, les sauterelles, les mouches ou les fourmis volantes. En s’attaquant aux plantes, ces insectes détruisent les tiges, les fleurs et les fruits et affaiblissent ainsi leur développement.

Est-il possible de tondre tous les jours de la semaine ? Quelles règles ?

La vue d’une pelouse bien entretenue n’est pas seulement un plaisir pour les yeux. Elle est aussi une fierté pour le propriétaire qui recevra des compliments lors des visites de ses proches ou de ses amis. Pourtant, tondre une pelouse ne se fait pas à tout moment lorsque vous en avez l’envie ou le temps. Elle est soumise à des règles qu’il faut respecter sous peine de sanctions. À quel moment et quels jours peut-on tondre la pelouse ? A-t-on le droit de tondre sa pelouse les jours fériés ou les dimanches ? Quelles sont les règles ?

Les règles à respecter

D’une manière générale, la tonte de la pelouse est accompagnée de bruits dus à l’utilisation de matériel bruyant comme la tondeuse à gazon. Ces bruits font partie des nuisances sonores et dérangent le voisinage. Ils peuvent même nuire à la santé de l’homme par leur intensité, leur durée et leur répétition. C’est pour cela que des horaires précis sont imposés. Mais ceux-ci varient selon les communes et les départements. La tonte de la pelouse est régie par le décret n° 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage. Ce décret réglemente également toutes les activités bruyantes dans un lieu public ou privé pouvant porter atteinte à la tranquillité du voisinage. Cependant, une modification du Code général des collectivités territoriales en 1990 donne aux maires des communes un pouvoir de police générale dans le cadre de ce décret. Ils ont ainsi la responsabilité de fixer par un arrêté municipal les horaires pour la tonte de pelouse. Il en est de même pour la préfecture. Cette dernière peut instaurer des règles pour cette activité par un arrêté préfectoral.

Les horaires et les jours pour tondre la pelouse

Il est possible de tondre la pelouse tous les jours de la semaine. Cette activité est pourtant soumise à certains horaires à respecter au risque de s’exposer à des sanctions. L’horaire légal appliqué pour la tonte de la pelouse est défini comme suit. Du lundi au vendredi, elle devra être faite de 8 h 30 à 12h et de 14 h à 19 h 30. De 9 h à 12h et de 15 h à 19 h pour les samedis. Les dimanches et les jours fériés, elle devra être pratiquée de 10 h à 12h et de 16 h à 18 h selon certaines communes.

Cependant, la tonte occasionne des bruits dérangeant pour le voisinage. C’est pour cette raison que tondre le dimanche n’est pas autorisé dans certaines communes. En effet, pour beaucoup d’autres personnes, le dimanche est leur seul jour de repos et ces nuisances sonores les empêchent d’en profiter tranquillement.

Les sanctions à l’encontre des contrevenants

Un voisin peut faire appel à la police municipale, la police nationale ou la gendarmerie dans le cas où la tonte de la pelouse est pratiquée en dehors des horaires légaux. En cas de non-respect de ces horaires, une amende forfaitaire de 68 euros s’applique. Elle est à payer dans les 45 jours suivant le constat d’infraction, et en cas de non-paiement, ce montant s’élèvera à 180 euros. Pour les copropriétaires, en cas d’infraction de la part de l’un d’eux, les autres copropriétaires peuvent faire intervenir le syndicat de copropriété pour que l’infraction ne se reproduise plus. Néanmoins, ils doivent se référer au règlement de copropriété pour connaître les éventuelles dispositions particulières prévues pour la tonte de la pelouse.

Il est donc essentiel pour les propriétaires de se renseigner auprès de leur mairie ou de leur préfecture sur les éventuels arrêts décrétés par ces autorités. Cela permet d’éviter les sanctions relatives à l’infraction de ces horaires légaux de tonte de la pelouse et de préserver ainsi la tranquillité des voisins.

Les bonnes pratiques pour l’entretien de son jardin

S’il est un plaisir de pouvoir recevoir un groupe d’amis ou de se prélasser dans un jardin bien entretenu, l’expérience peut vite tourner au vinaigre dans un espace qui semble à l’abandon.
Rassurez-vous, avec un peu de bon sens, d’organisation et quelques astuces, l’entretien de votre jardin deviendra vite pour vous une habitude plaisante bien loin des douze travaux d’Hercule. Continuer la lecture de Les bonnes pratiques pour l’entretien de son jardin

Une remise en bois pour jardinier

Vous aimez jardiner, mais vous ne savez pas où ni comment ranger vos outils et votre matériel de jardin. La solution est d’investir dans une remise en bois. Lorsque vous aurez choisi celle qui vous convient, il faudra rationaliser au mieux l’espace disponible, afin qu’elle soit tout à fait pratique et fonctionnelle. Continuer la lecture de Une remise en bois pour jardinier

Le rôle des particuliers & des éco-paysagistes dans la préservation de la biodiversité au jardin

Dans le cadre d’un projet d’aménagement paysager, on est parfois confronté à deux catégories de paysagistes lors du choix de professionnel. D’une part, le service d’un paysagiste classique qui a détenu la plus grande marge du marché auparavant. Continuer la lecture de Le rôle des particuliers & des éco-paysagistes dans la préservation de la biodiversité au jardin

Le principe du désherbage sélectif

Pour avoir un jardin irréprochable, il faut contrôler et tuer les mauvaises herbes de manière adéquate, par ciblage. Pour cela, il faut utiliser la méthode de désherbage sélectif. De quoi s’agit-il ? Quel est son principe de fonctionnement ? Faut-il utiliser une méthode chimique ou naturelle pour désherber de manière sélective les plantes indésirables ? Retrouvez dans cet article tout ce qu’il y a à savoir sur le désherbage sélectif. Continuer la lecture de Le principe du désherbage sélectif

Tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la scarification

Quelle que soit la taille de votre jardin, les scarificateurs électriques ou à essence viendront lui donner une seconde jeunesse en dopant la fertilité de son sol et en revitalisant la pelouse. Le scarificateur est un atout de taille pour le jardinier et le professionnel de l’entretien des espaces verts, en ce sens qu’il préparer les semences et qu’il favorise un sol respirant la santé. Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la scarification ! Continuer la lecture de Tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la scarification

Une véranda pour protéger ses plantes pendant l’hiver

Il existe un certain nombre de plantes qui supportent mal le froid. Mais si vous souhaitez que vos végétaux puissent passer l’hiver dans de bonnes conditions, il ne faut pas pas non plus les abriter dans votre maison. Ce qui fait que la seule solution qui s’offre à vous est de les mettre sur la véranda. Continuer la lecture de Une véranda pour protéger ses plantes pendant l’hiver

Comment récupérer l’eau de pluie pour votre jardin

Pour l’arrosage de votre jardin, vous ne récupérez peut-être pas encore l’eau de pluie. Or, cela représente une excellente idée pour faire quelques économies d’eau sur l’année. De nombreux jardiniers font d’ailleurs cela… Continuer la lecture de Comment récupérer l’eau de pluie pour votre jardin

Mêlez esthétique et efficacité avec des serres en bois

Vous souhaitez vous lancer dans la serriculture ? Une serre vous permet en l’occurrence de cultiver certaines plantes, ou certains fruits ou légumes à l’abri du froid et des conditions extérieures, qui les mettraient sinon sérieusement à mal. Vous avez alors le choix entre plusieurs types de serres. Pour allier esthétique et efficacité, optez de préférence pour une serre en bois. Entrons dans le détail… Continuer la lecture de Mêlez esthétique et efficacité avec des serres en bois