Le principe du désherbage sélectif

Pour avoir un jardin irréprochable, il faut contrôler et tuer les mauvaises herbes de manière adéquate, par ciblage. Pour cela, il faut utiliser la méthode de désherbage sélectif. De quoi s’agit-il ? Quel est son principe de fonctionnement ? Faut-il utiliser une méthode chimique ou naturelle pour désherber de manière sélective les plantes indésirables ? Retrouvez dans cet article tout ce qu’il y a à savoir sur le désherbage sélectif.

Qu’est-ce que le désherbage sélectif ?

Le désherbage sélectif consiste à éliminer les mauvaises herbes qui rivalisent avec les plantes coexistantes ou à arracher les plantes qui ont atteint leur maturité pour ne garder que les jeunes plantes. Ce type de désherbage est essentiel pour éliminer les envahisseurs à proximité des plantations, évitant ainsi les dommages pouvant entraîner la mort des autres plantes. Aussi, on ne doit écarter que les espèces menaçantes qui interfèrent biologiquement la culture.

Quelles méthodes pour le désherbage sélectif ?

Lors du désherbage sélectif, il est possible de faire recours à des herbicides sélectifs pour tuer les mauvaises plantes. Les herbicides sélectifs ne tuent que certains types de plantes comme les pissenlits, les renoncules ou les plantains en respectant les autres espèces aux alentours. Ils sont le plus souvent utilisés pour la pelouse et le jardin d’ornement comme les massifs, les haies et les allées. Par conséquent, les herbicides vont éradiquer toutes les mauvaises herbes indésirables, sans toucher aux fleurs.

Toutefois, le recours à ces herbicides est de plus en plus controversé, car les produits toxiques contenus dans la solution risquent de se retrouver dans le corps, compte tenu de leurs effets cancérogènes. Aussi, il est recommandé de se tourner vers le désherbage sélectif naturel qui est réalisé manuellement. C’est plus respectueux de l’environnement et cela ne nuit pas à la santé.

Comment se passe le désherbage sélectif naturel ?

Plusieurs méthodes de désherbage sélectif bio existent :

La technique de couverture par paillage

Cette technique consiste à recouvrir le sol exposé par un film biodégradable une fois la récolte des potagers terminée. La chaleur du film étouffera les graines de mauvaises herbes les empêchant ainsi de germer. Grâce au compostage en surface, vous pouvez remplacer le film avec de la paille, du compost et de morceaux de carton. Cela empêchera la croissance des mauvaises herbes, et maintiendra l’humidité du sol le rendant encore plus fertile.

Le sarclage et le binage

Pour arracher les herbes envahissantes, l’utilisation d’outils de jardinage comme le sarcloir et la binette est un passage obligé. Le fait de biner et de sarcler les adventices permet de les éradiquer jusqu’à la racine.

Les plantes couvre-sol

Une technique naturelle pour le désherbage sélectif est de couvrir une partie de votre jardin ou toutes vos plates-bandes avec des plantes couvre-sol. Ces plantes vivaces formeront une couverture végétale efficace pour éviter la croissance des mauvaises herbes. Parmi les plantes couvre-sol les plus utilisées, il y a le géranium, les fleurs des elfes, le pied-de-lion ou encore les campanules.

Herbicide sélectif « fait maison »

Pour désherber les allées, la terrasse et les zones pavées, le pyrodésherbage fera l’affaire. Toutefois, vous pouvez aussi utiliser un herbicide bio en mélangeant l’eau, le vinaigre, le bicarbonate de soude et le sel. C’est entièrement naturel et très efficace. Il suffit de pulvériser les parties couvertes par les mauvaises herbes. Cependant, l’eau bouillante ou l’eau de cuisson fonctionne également comme désherbant naturel.

Tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la scarification

Quelle que soit la taille de votre jardin, les scarificateurs électriques ou à essence viendront lui donner une seconde jeunesse en dopant la fertilité de son sol et en revitalisant la pelouse. Le scarificateur est un atout de taille pour le jardinier et le professionnel de l’entretien des espaces verts, en ce sens qu’il préparer les semences et qu’il favorise un sol respirant la santé. Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la scarification !

Qu’est-ce que scarification du sol ?

La scarification consiste à couper légèrement le gazon et à enlever le paillis (anciennes tontes d’herbe) et la mousse. Le sol peut alors absorber plus d’oxygène, mieux assimiler ses nutriments et l’eau et respirer, tout simplement… des actions qui sont généralement entamées par l’accumulation du feutrage et du chaume.

C’est au printemps que l’on scarifie généralement le sol, entre la mi-avril et le début du mois de mai. La pelouse est alors la plus apte à se régénérer. La lame tranchante montée en spirale du scarificateur coupe le gazon au millimètre près. Le sol est alors débarrassé de l’herbe morte et du chaume indésirable. Le scarificateur pourra alors inciser le sol sur une profondeur bien maîtrisée pour lui permettre d’absorber les éléments nutritifs dont il a besoin pour gagner en fertilité.

Votre pelouse doit avoir au moins trois ans avant sa première scarification. Tondez toujours l’herbe aussi courte que possible avant de commencer. Une hauteur moyenne de 4 cm est conseillée, dans la mesure du possible. Pour une meilleure efficacité, on vous conseille de travailler lorsque le sol lorsqu’il est parfaitement sec, afin d’éviter d’endommager la machine.

Lors de la scarification, les herbes qui n’ont pas suffisamment de racines sont arrachées. Les pelouses fraîchement posées ne conviennent donc pas à la scarification. Après la scarification, le gazon doit être fertilisé. En fonction du sol, la surface peut également être sablée. Si le gazon est trop mince, il est recommandé de procéder à un ensemencement ultérieur, le cas échéant. Pour aller plus loin, rendez-vous sur https://www.wizza.fr/scarificateur/.

Le scarificateur vient à bout du chaume… mais de quoi parle-t-on ?

Au cours de l’année, des restes de plantes et des débris d’herbe s’accumulent sur le sol. Ces déchets végétaux rendent la surface du sol plus dense et plus étanche. L’eau de pluie, l’air et les nutriments ne peuvent plus atteindre les racines de l’herbe. La pelouse affiche alors un aspect inégal, voire malade, car les plantes ne peuvent plus se nourrir et s’hydrater correctement. Le chaume et le feutrage viennent donc recouvrir le sol en partie ou en totalité, bloquant les pores et l’empêchant de respirer.

Une scarification, une tonte et une fertilisation régulières permettront de garder votre pelouse saine et resplendissante. Lorsque la température du sol atteint les 8° C, l’herbe commence à pousser. Cela donne les meilleures conditions pour la première opération avec le scarificateur. En fonction des conditions météorologiques, le scarificateur peut être utilisé en France d’avril à septembre. L’automne est également une période optimale pour scarifier, car votre pelouse recevra à nouveau de précieux soins et toute mousse ayant poussé pendant l’été sera éliminée.

Les étapes suivantes doivent être respectées :

  • La pelouse doit déjà avoir été tondue une ou deux fois au printemps ;
  • Tondez le gazon avant de le scarifier avec la hauteur de lame la plus basse possible. Une hauteur de coupe de quatre centimètres est idéale ;
  • Le sol doit être bien sec. Toutes les étapes du travail seront alors plus faciles et l’appareil sera protégé.

Comment déterminer la bonne profondeur des lames du scarificateur ?

Tout dépend du degré de chaume et du compactage du sol. L’âge de la pelouse est également crucial pour déterminer la bonne profondeur de scarification. Placez l’appareil sur la pelouse, de manière à ce que la lame touche le sol. Lorsque le moteur tourne, déplacez le scarificateur sur une courte distance sur la pelouse, d’avant en arrière.

La profondeur de coupe d’un gazon entretenu est d’environ 3 mm et celle d’un gazon non entretenu est d’environ 5 mm. Il est préférable de scarifier toutes les trois semaines à une profondeur d’environ 3 mm. Pour les pelouses entretenues, utilisez le scarificateur dans un seul sens. Pour les pelouses plus épaisses et moins domptées, utilisez d’abord le scarificateur dans un sens, puis à nouveau au sens inverse. Lors du changement de direction, assurez-vous que la lame n’est pas dans le sol (poignée vers le bas). Travaillez rapidement. Si vous vous arrêtez à un moment donné, éteignez la machine.

Ratissez soigneusement le chaume qui se trouve à la surface. Le gazon peut alors être fertilisé ou poncé. S’il est sec, n’oubliez pas d’arroser suffisamment la zone en question. Après la scarification, le gazon doit être protégé pendant quelques jours. Le gazon dispose alors des conditions optimales pour se régénérer après les contraintes de la scarification.

Par temps très sec, le gazon doit être arrosé après la scarification. Toujours par temps sec, ratissez d’abord les feuilles mortes. Celles-ci donnent un humus foliaire précieux qui est idéal pour l’amélioration du sol et la fertilisation.

Comment récupérer l’eau de pluie pour votre jardin

Pour l’arrosage de votre jardin, vous ne récupérez peut-être pas encore l’eau de pluie. Or, cela représente une excellente idée pour faire quelques économies d’eau sur l’année. De nombreux jardiniers font d’ailleurs cela… Continuer la lecture de Comment récupérer l’eau de pluie pour votre jardin

Comment empêcher mon chien de faire des trous dans le gazon ?

Creuser des trous partout est un comportement naturel chez les chiens. Sauf que cela peut nuire à vos projets de jardinage. Pour éviter que le jardin devienne un terrain en champ de mines, voici des solutions à adopter. Continuer la lecture de Comment empêcher mon chien de faire des trous dans le gazon ?

Quel cadeau pour les amateurs de jardinage ?

Avec le concept de « cadeau lifestyle », trouver le cadeau idéal pour votre entourage à l’occasion des fêtes est devenu de plus en plus compliquée. Il ne suffit plus de faire un tour sur les plateformes dédiées, ni de visiter les centres commerciaux. Il faut un présent unique en dessous du sapin pour être sûr de faire plaisir à vos proches. Continuer la lecture de Quel cadeau pour les amateurs de jardinage ?

Comment transformer sa cour en un véritable jardin japonais ?

L’inspiration ou l’envie ne suffisent pas pour créer un environnement dans lequel on se sent bien. En effet, un jardin est une pièce à part entière qui mérite d’être aménagée dans les règles de l’art. Il faut donc s’appuyer sur quelques critères et des données concrètes afin que le rêve coïncide au mieux avec la réalité. Voici quelques conseils pour agencer et entretenir un extérieur au style japonais. Continuer la lecture de Comment transformer sa cour en un véritable jardin japonais ?

Pourquoi élaguer régulièrement les arbres ?

L’élagage est un point essentiel du bon entretien d’un jardin. Élaguer revient à tailler les branches d’un arbre pour réduire ou orienter sa ramure. L’arbre se développant au rythme des saisons, il est donc naturel d’effectuer cette opération avec une certaine régularité pour des raisons de sécurité, d’esthétisme, de commodité ou de légalité. Continuer la lecture de Pourquoi élaguer régulièrement les arbres ?

Quelques astuces pour bien entretenir son jardin

Il est vrai qu’avoir un magnifique jardin agrémenté de différentes fleurs odorantes et colorées représente un immense motif de satisfaction. Néanmoins, pour avoir un magnifique espace vert, il faut un minimum d’entretien. La plante reste un des éléments de décoration la plus prisée que ce soit pour l’espace intérieur ou extérieur. Continuer la lecture de Quelques astuces pour bien entretenir son jardin

Jardin : comment y apporter du style

Si vous avez un jardin, vous y portez sans doute la plus grande attention. De plus en plus de personnes font même appel à des professionnels pour l’aménager avec style. Toutefois, avant de faire appel à un paysagiste ou à réaliser l’aménagement vous-même, vous devez avoir une idée de ce que vous voulez. Voici alors quelques pistes pour vous orienter. Continuer la lecture de Jardin : comment y apporter du style